Clara Clasen

Con­gé­la­tion d’o­vo­cytes

Cette mé­thode, éga­le­ment ap­pelée cryo pré­ser­va­tion dans la ter­mi­no­logie mé­di­cale, fait ré­fé­rence au pro­cessus de pré­cau­tion con­si­stant à ré­colter puis à con­geler des ovo­cytes non fé­condés sans né­ces­sité mé­di­cale. Grâce à cette mé­thode, les femmes peu­vent pré­venir la perte de fer­ti­lité, liée à l’âge, et réa­liser leur désir d’a­voir un en­fant plus tard en “dé­con­gelant” à nou­veau les ovules.

Com­men­taire

Pro­cé­dure de la Cryo Pré­ser­va­tion

En gé­néral, le pro­cessus de cryo pré­ser­va­tion, com­mence dès la pre­mière con­sul­ta­tion dans une cli­nique de fer­ti­lité. Des ex­amens mé­di­caux pré­li­min­aires ont en­suite lieu sur place. Après la sti­mu­la­tion hor­mo­nale, la cryo pré­ser­va­tion, con­siste à pré­lever plu­sieurs ovules, à les con­geler par choc (vi­tri­fi­ca­tion) et à les sto­cker en­suite en la­bo­ra­toire pen­dant une très longue pé­riode.

 

Pre­mière étape

Les ex­amens pré­li­min­aires

Après une dis­cus­sion pré­li­min­aire dé­taillée avec des ex­perts, c’est-à-dire des mé­de­cins de la re­pro­duc­tion ou des mé­de­cins de la fer­ti­lité, l’é­tape sui­v­ante est un ex­amen mé­dical pré­li­min­aire uti­li­sant les val­eurs san­guines (ba­lance hor­mo­nale) et l’é­cho­gra­phie. Le mé­decin vé­ri­fiera si les con­di­tions né­ces­saires à la con­gé­la­tion ovo­cy­taire sont rem­plies (pro­ba­bi­lité de succès / chances) et vous in­for­mera des ris­ques éven­tuels du trai­te­ment. D’au­tres in­certi­tudes et la­cunes dans les in­for­ma­tions peu­vent être cla­ri­fiées à l’a­vance par le spé­cia­liste.

Deu­xième étape

La sti­mu­la­tion hor­mo­nale

Pré­pa­ra­tion

Si vous rem­plissez toutes les con­di­tions après les ex­amens pré­li­min­aires, une heure sera fixée pour le début de la sti­mu­la­tion. Le plan de la durée et du do­sage de la sti­mu­la­tion hor­mo­nale des ovaires est établi à l’a­vance avec le mé­decin. Comme les mé­di­ca­ments cor­re­spondants né­ces­si­tent une or­don­nance, vous re­ce­vrez une pre­scrip­tion du mé­decin avec des in­st­ruc­tions pro­fes­si­onnelles. Pré­voyez suf­fi­sam­ment de temps pour re­ce­voir les mé­di­ca­ments (gé­né­ra­le­ment des in­jec­tions) afin de pou­voir com­mencer à temps, car vous de­vrez peut-être les com­mander à l’étranger.

Pro­cé­dure de sti­mu­la­tion hor­mo­nale

Vous vous in­jec­terez la pré­pa­ra­tion hor­mo­nale pre­scrite, à la maison, pen­dant une pé­riode dé­ter­minée, qui dure sou­vent entre 10 et 14 jours. La sti­mu­la­tion hor­mo­nale a pour but de faire mûrir le plus grand nombre pos­sible d’o­vules au mo­ment du pré­lè­ve­ment. Afin de suivre la crois­sance des fol­li­cules et de sur­veiller les ni­veaux d’hor­mones, des con­trôles ré­gu­liers sont ef­fec­tués par le biais d’é­cho­gra­phie et de pré­lè­ve­ments san­guins. Il permet éga­le­ment de dé­ter­miner si le do­sage doit être mo­difié et à quel mo­ment il con­vient de ré­cu­p­érer les œufs mûrs. Après cette détermination,une hor­mone est in­jectée en une fois pour dé­clen­cher l’o­vu­la­tion. Une fois que l’o­vu­la­tion a été dé­clen­chée avec succès, le mé­decin trai­tant peut com­mencer la pro­cé­dure de pré­lè­ve­ment.

Troi­sième étape

Le pré­lè­ve­ment des ovo­cytes

Afin de ré­cu­p­érer les ovo­cytes ma­tures, vous de­vrez vous rendre à la cli­nique de fer­ti­lité qui vous ac­com­pagne (gé­né­ra­le­ment un jour) après votre der­nière in­jec­tion. Vous serez à nou­veau ex­aminé et in­formé des pro­chaines étapes. Après une ex­pli­ca­tion mé­di­cale, vous serez en­suite con­duit dans un bloc opé­ra­toire où le pré­lè­ve­ment sera ef­fectué sous une courte an­esthésie. En gé­néral, la pro­cé­dure est mi­neure et ne dure que 15 à30 mi­nutes. Pen­dant ce temps, le mé­decin re­tire les fol­li­cules des ovaires par, ce qu’on ap­pelle une “ponc­tion va­gi­nale”. Dans ce pro­cessus, les fol­li­cules, qui au mieux con­ti­en­nent tous un ovule ma­ture, sont“aspirés” par une ai­guille très fine. Après ce court pro­cessus, vous serez em­mené dans une salle tran­quille pour vous ré­veiller et vous reposer jus­qu’à ce qu’il soit temps pour vous de ren­trer chez vous. Pour votre propre sé­cu­rité, vous de­vrez être pris en charge par une per­sonne de votre choix en raison de l’a­nesthésie gé­né­rale (bien que ra­pide).

 

Qua­trième étape

La con­gé­la­tion ou vi­tri­fi­ca­tion

Une fois les fol­li­cules re­tirés, un bio­lo­giste spé­cia­lisé ex­amine com­bien d’entre eux con­ti­en­nent un ovo­cyte ma­ture. Les ovo­cytes ap­pro­priés sont en­suite con­gelés en quel­ques se­condes à ‑196°C. En termes mé­di­caux, cette pro­cé­dure est éga­le­ment connue sous le nom de “vi­tri­fi­ca­tion”. Cette mé­thode pré­sente de nombreux avan­tages, puisque d’une part elle n’en­dom­mage pas les cel­lules et d’autre part elle a un “taux de re­stau­ra­tion” très élevé, presque sans risque (98%).

Cin­quième et der­nière étape

Le stockage des ovo­cytes

L’a­van­tage est que vous pouvez laisser vos ovo­cytes vi­tri­fiés en sé­cu­rité pen­dant plu­sieurs an­nées, voire des dé­cen­nies. Plus le nombre d’o­vules sto­ckés est im­portant, plus les chances de gros­sesse à une date ul­té­ri­eure sont grandes, et donc plus les chances de réa­liser votre désir per­sonnel d’a­voir un en­fant. Lorsque le mo­ment est venu pour vous, les ovo­cytes sont à nou­veau dé­con­gelés et peu­vent alors être fé­condés.

 

Et après ?

L’u­ti­li­sa­tion des ovo­cytes après la cryo pré­ser­va­tion

Vous pouvez dé­cider vous-même si et quand vous voulez que les ovo­cytes soient dé­con­gelés pour être uti­lisés. Si vous n’êtes pas en me­sure de con­ce­voir na­tu­rel­lement, une Pro­créa­tion Mé­di­ca­le­ment As­sistée est en­vi­sa­ge­able. Cela im­plique de fé­conder les ovules avec le sperme de votre par­ten­aire ou d’un don­neur. Une fois que la di­vi­sion cel­lu­laire a com­mencé, l’o­vule fé­condé peut être in­séré dans l’u­térus. Malgré la forte pro­ba­bi­lité de réus­site d’une gros­sesse grâce au gel so­cial, même à un âge avancé, il n’y a au­cune ga­rantie de for­ma­tion d’une fa­mille sans com­pli­ca­tion. Des com­pli­ca­tions peu­vent sur­venir en raison d’une grande va­riété de causes, c’est pour­quoi les soins spé­cia­lisés sont tou­jours re­com­mandés.

Les ris­ques

Les ris­ques liés à la con­gé­la­tion d’o­vo­cytes

Cette mé­thode est as­so­ciée à peu de ris­ques et est plutôt in­of­fen­sive. Outre la pro­ba­bi­lité ac­crue d’une gros­sesse mul­tiple dans le cadre d’une PMA, dans de très rares cas.

Com­ment bé­né­fi­cier de notre ser­vice ?

Nous sommes là avant tout pour vous écouter et com­prendre vos be­soins afin d’y ré­pondre de façon la plus per­son­nalisée pos­sible

  • Rem­plissez notre for­mu­laire d’inscription en ligne, nous trou­ve­rons dans notre équipe l’interlocuteur le plus ad­apté pour ré­pondre à votre de­mande

  • Nous vous con­ta­c­te­rons pour une con­sul­ta­tion in­for­ma­tive gra­tuite de 30 min. Nous pour­rons alors ab­order votre projet d’enfant

  • Nous vous four­nis­sons des brochures d’information et vous met­tons en re­la­tion avec la cli­nique qui cor­re­spond le mieux à vos be­soins

Com­mencez avec le for­mu­laire