Pour­quoi

La Bel­gique est-elle une de­sti­na­tion pri­vi­lé­giée des fran­çais ?

 

Au-delà de la pro­xi­mité géo­gra­phique, la Bel­gique est un pays ap­précié par les fran­çais pour deux princi­pales rai­sons lors­qu’il est ques­tion de re­cher­cher une cli­nique de fer­ti­lité.

Pre­miè­re­ment, la langue. Le trai­te­ment pou­vant y être dis­pensé en fran­çais, il ras­sure de nombreux pa­ti­ents qui so­u­hai­tent se tourner vers un ac­com­pa­gne­ment per­son­nalisé. Pour la grande ma­jo­rité d’entre eux, il est pri­mor­dial de pou­voir com­prendre les termes mé­di­caux avancés par les mé­de­cins ainsi que chaque étapes des rendez-vous, des ex­amens et des ma­ni­pu­la­tions mé­di­cales qui se­ront réa­li­sées. Et cela passe bien évi­dem­ment par la pos­si­bi­lité d’a­voir un in­ter­lo­cu­teur fran­çais.

De plus, his­to­ri­que­ment, de­puis 40 ans, la Bel­gique compte parmi les pion­niers en termes de re­cherche, le dé­ve­lo­p­pe­ment et d’­accès aux tech­ni­ques de PMA. À titre d’ex­emple et tou­jours selon l’IEB,  la Bel­gique a con­tribué en 2014 à 33 790 cy­cles de PMA, l’é­qui­va­lent de 5 774 nais­sances soit 4,6% des nais­sances du pays cette année là. Un chiffre im­pres­si­on­nant quand on sait qu’en com­pa­raison, les en­fants nés par FIV en 2015 aux États-Unis re­pré­sen­taient 1,7% des nais­sances.

lé­gis­la­tion

Un accès fa­ci­lité par une loi souple

En Bel­gique, la Pro­créa­tion Mé­di­ca­le­ment As­sistée est ou­verte à tou.te.s de­puis 2007. Selon les termes de la loi, « toute per­sonne ayant pris la dé­cision de de­venir pa­rent » peut re­courir à la PMA, soit à partir de ses pro­pres gamètes (sperme ou ovo­cytes) soit des gamètes pro­venant de don­neurs ou don­neuses.

  • Pour ce qui est du pré­lè­ve­ment de gamètes, la loi permet aux femmes d’en bé­né­fi­cier entre 18 et 45 ans in­clus.
  • Pour une de­mande d’in­sé­mi­na­tion de gamètes ou d’­im­plan­ta­tion d’­em­bryons, cette fois-ci les femmes ne doivent pas dé­passer leur 47e année.

Il faut en re­vanche garder en tête qu’une grande li­berté est laissée aux cen­tres de PMA du pays sur les con­di­tions né­ces­saires pour entrer dans un par­cours de Pro­créa­tion Mé­di­ca­le­ment As­sistée. Au delà de mo­tifs mé­di­caux, les mé­de­cins sont dans le droit d’in­vo­quer une clause de con­sci­ence pour re­fuser cer­tains dos­siers. C’est la raison pour laquelle de nombreuses cli­ni­ques met­tent en place un rendez-vous avec un psy­cho­logue avant de pou­voir com­mencer, ou non, un trai­te­ment de fer­ti­lité. Dans ce cas, la seule ob­li­ga­tion des mé­de­cins est alors de donner les coor­don­nées d’un autre centre de PMA aux pa­ti­ents dont le dos­sier a été re­fusé.

Com­men­taire

Trouver le bon centre de fer­ti­lité en Bel­gique

Il existe 2 types de centre de fer­ti­lité en Bel­gique :

  • Les cen­tres dits « A » qui s’oc­cupent du trai­te­ment jus­qu’à la phase de pré­lè­ve­ment des ovo­cytes et qui vous ren­ver­ront vers un centre B (soit un centre dis­po­sant d’un la­bo­ra­toire d’­em­bryo­logie) pour le trans­fert d’­em­bryons. Il existe à ce jour, 14 cen­tres A sur le ter­ri­toire belge.
  • Les cen­tres dits « B » qui dis­po­sent d’un la­bo­ra­toire per­met­tant de réa­liser une Fé­con­da­tion In Vitro d’une part, et de traiter et de con­server les gamètes ou em­bryons dans un deu­xième temps. Vous de­vrez donc vous rendre dans un de ces cen­tres pour le trans­fert d’­em­bryons. Les cen­tres B sont eux, au nombre de 17.

Outre des faits tels que le taux de réus­site, les prix et les temps d’at­tente, les im­pres­sions per­son­nelles au sein des cli­nique sont éga­le­ment im­port­antes. Cer­tains de ces cen­tres sont spé­cia­lisés dans des ty­po­lo­gies de pa­ti­ents, tels que les fu­tures fa­milles fon­dées par des cou­ples de femmes ou des cé­li­ba­taires. D’au­tres cen­tres le se­ront pour des ty­po­lo­gies de trai­te­ments telles que l’en­domé­triose ou des pa­ti­entes att­eintes du Syn­drome des Ovaires Po­ly­kys­ti­ques (SOPK).

À PROPOS DE FERTILLY

Chez Fertilly, nous nous sommes donnés pour mission d’accompagner les couples (homosexuels et hétérosexuels) et les femmes célibataires sur la voie de la réalisation de leur désir d’enfants. Il est important pour nous de créer de la transparence dans le domaine des offres sur le sujet du désir d’enfants et d’informer sur les taux de réussite et les prix.

1
Prise de rendez-vous
Très facile via notre portail en ligne
2
Rendez-vous initial
Gratuit avec notre
conseillère en fertilité
3
Sélection de
la clinique
Nous trouverons la clinique qui vous convient
4
Vos antécédents médicaux numérisés
dans le portail patient
5
Planification
Plus facile grâce à notre contingent de rendez-vous exclusif
6
Nous sommes là pour vous!
Tout au long de votre parcours de fertilité