Jo­hanna Kohnen

Nut­ri­tion et fer­ti­lité

Les gy­né­co­lo­gues re­com­man­dent sou­vent de prendre de l’a­cide fo­lique (aussi ap­pelé vit­amine B9) avant la gros­sesse. Comme le taux d’a­cide fo­lique dans l’or­ga­nisme n’aug­mente que très len­te­ment, il est lo­gique de com­mencer à prendre l’a­cide fo­lique tôt. En plus des pré­pa­ra­tions vit­ami­ni­ques, l’a­cide fo­lique peut aussi être in­géré na­tu­rel­lement par les ali­ments. On trouve une forte con­cen­tra­tion d’a­cide fo­lique, par ex­emple dans les pois chi­ches ou les lé­gumes verts comme le bro­coli et les ha­ri­cots.

Con­seils :

Les femmes qui pré­voient de tomber en­ce­intes de­v­raient prendre 400 μg d’a­cide fo­lique par jour en plus d’une ali­men­ta­tion équilibrée.La prise doit com­mencer au moins 4 se­maines avant la con­cep­tion et se pour­suivre jus­qu’à la fin du 1er tri­mestre de gros­sesse.

Les vit­amines à prendre en con­sidé­ra­tion

Les vit­amines B12 et B6 ont un effet sur la fer­ti­lité fé­mi­nine et mas­cu­line. La vit­amine B12 aide le corps à trans­former l’a­cide fo­lique et se trouve dans le fromage, le poisson et la vi­ande. La vit­amine B6 sou­tient gé­né­ra­le­ment le mé­ta­bo­lisme et la pro­duc­tion de tes­to­sté­rone chez les hommes et se trouve princi­pa­le­ment dans les ha­ri­cots, le bro­coli et les pommes de terre.
La vit­amine E peut éga­le­ment aug­menter la pro­ba­bi­lité d’une gros­sesse et aider le corps fé­minin à im­planter l’o­vule dans l’u­térus. On la trouve, par ex­emple, dans le jaune d’œuf, le pa­prika ou l’huile de tour­nesol. Le cal­cium, qui est con­tenu dans les pro­duits lai­tiers par ex­emple, peut fa­vo­riser l’o­vu­la­tion. Les ali­ments tels que le yaourt, le fromage blanc et le kéfir ne de­v­raient pas non plus man­quer dans l’a­li­men­ta­tion des hommes, car ils aug­men­tent la qua­lité du sperme.
Les vit­amines C et E sont éga­le­ment im­port­antes pour une bonne for­ma­tion des sper­ma­to­zoïdes. Les hommes doivent veiller à un ap­port suf­fi­sant en zinc, car cela peut avoir un effet po­sitif sur la con­sti­tu­tion des sper­ma­to­zoïdes. Il existe de nombreux pro­duits sur le marché qui sont spé­cia­le­ment conçus pour vous aider à avoir des en­fants. Comme c’est sou­vent le cas, les pré­pa­ra­tions vit­ami­nées peu­vent aider, mais une ali­men­ta­tion équi­li­brée est es­sen­ti­elle lorsque l’on veut avoir un en­fant.

Pique-nique

Con­seil :

Une ali­men­ta­tion équi­li­brée est im­portante avant même le début de la gros­sesse ! Es­sayez de nou­velles re­cettes et de nou­veaux ali­ments. Les princi­paux in­gré­dients de­v­raient être des lé­gumes, des fruits, des lé­gumes secs et des pro­duits com­plets. Les ali­ments d’o­ri­gine ani­male, en re­vanche, doivent être con­sommés mo­dé­ré­ment. Vous de­vriez éga­le­ment boire be­au­coup de bo­is­sons non ca­lo­riques.

Les su­cre­ries, les bo­is­sons con­tenant du sucre, les gri­gno­tages ainsi que les graisses à forte te­neur en acides gras sa­turés et en huiles doivent être con­som­mées avec par­ci­monie. Uti­lisez des huiles vé­gé­tales comme l’huile d’­o­live.

Évitez le sur­poids

En Al­lemagne, en­viron un tiers des femmes en âge de pro­créer sont en sur­poids ou obèses. L’o­bé­sité est as­so­ciée à une aug­men­ta­tion des val­eurs in­flamma­toires, des taux d’hor­mones et des mé­ta­bo­lites dé­fa­vor­ables, ce qui peut avoir une in­flu­ence né­ga­tive sur le dé­ve­lo­p­pe­ment de la glace et de l’­em­bryon et aug­menter le risque de ma­la­dies chro­ni­ques chez les en­fants. Le sur­poids chez les hommes a un effet né­gatif sur la qua­lité, la quan­tité et la mo­bi­lité du sperme et est éga­le­ment soup­çonné d’aug­menter le risque de ma­la­dies chro­ni­ques chez la pro­géni­ture. Une perte de poids se­rait donc re­com­mandée pour les fu­turs par­ents.

Con­seils :
Même avant la gros­sesse, une bonne ali­men­ta­tion est so­u­hai­table. Il est im­portant de ne pas être en sur­poids.  

Un gain de poids ap­pro­prié pen­dant la gros­sesse se situe entre 10 et 16 kg pour les femmes de poids normal.

Jogging

Éli­miner les fac­teurs à risque

L’al­cool et le tabac sont ta­bous. Il est éga­le­ment con­seillé de s’ab­stenir de fumer de­sci­ga­rettes et des bo­is­sons al­coo­li­sées tous les jours lorsque l’on veut avoir des en­fants. Le ta­ba­gisme a un effet né­gatif sur la fer­ti­lité et est clai­re­ment pro­scrit pen­dant la gros­sesse. Même de pe­tites quan­tités d’al­cool pen­dant la gros­sesse peu­vent avoir un effet né­gatif sur le fœtus.

Con­seil :
Évitez l’al­cool et le tabac dès la phase de pro­créa­tion.

Portez at­ten­tion à la santé den­taire

Les femmes qui en­vi­s­agent de tomber en­ce­intes de­v­raient vé­ri­fier leur état de santé den­taire et, si né­ces­saire, suivre un trai­te­ment spé­ci­fique. Dans les études, la par­odon­tite non traitée est as­so­ciée à un risque accru de nais­sance pré­ma­turée et d’­in­suf­fi­sance pon­dé­rale à la nais­sance.

Con­seil :
Prenez rendez-vous avec le den­tiste pour cla­ri­fier les pro­blèmes den­taires et ayez une hy­giène buc­cale quo­ti­di­enne.

Mou­ve­ment, mou­ve­ment, mou­ve­ment

Les femmes qui dé­si­rent avoir des en­fants et les femmes en­ce­intes de­v­raient suivre les re­com­man­da­tions gé­né­rales de mou­ve­ment pour les adultes. Ce faisant, vous devez éga­le­ment faire at­ten­tion à vos ha­bitudes. Si vous avez déjà fait du sport, rien ne vous em­pêche de con­ti­nuer jus­qu’à ce que vous soyez en­ce­inte. Si vous êtes princi­pa­le­ment sé­den­taire et pra­ti­quez peu de sport, des pro­me­nades sont re­com­man­dées. Cela vous aide, vous et votre en­fant, à rester en bonne santé et à pré­venir les com­pli­ca­tions pen­dant la gros­sesse.

Pour aller plus loin

Si vous so­u­haitez en sa­voir plus, vous pouvez rem­plir ce for­mu­laire. Toute forme d’information est 100% gra­tuite et sans en­ga­ge­ment.

Vous y re­trou­verez plus de dé­tails sur les offres de trai­te­ment, les taux de réus­site et les prix de nos cli­ni­ques. Nous pre­nons soin de ne vous pro­poser que des cen­tres dans les­quels nous sommes sûres de pou­voir vous offrir un ser­vice en fran­çais et fa­ci­le­ment ad­ap­table à di­stance pour que vous n’ayez à vous dé­placer dans la cli­nique que le jour J de votre trai­te­ment.

Com­ment bé­né­fi­cier de notre ser­vice ?

Nous sommes là avant tout pour vous écouter et com­prendre vos be­soins afin d’y ré­pondre de façon la plus per­son­nalisée pos­sible

  • Rem­plissez notre for­mu­laire d’inscription en ligne, nous trou­ve­rons dans notre équipe l’interlocuteur le plus ad­apté pour ré­pondre à votre de­mande

  • Nous vous con­ta­c­te­rons pour une con­sul­ta­tion in­for­ma­tive gra­tuite de 30 min. Nous pour­rons alors ab­order votre projet d’enfant

  • Nous vous four­nis­sons des brochures d’information et vous met­tons en re­la­tion avec la cli­nique qui cor­re­spond le mieux à vos be­soins

Com­mencez avec le for­mu­laire